Une rencontre involontaire [Lancelot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Dim 26 Avr - 20:16

Guenièvre se promenait dans les couloirs du château. Désirant rester un moment seule, elle avait renvoyé ses Dames, les laissant vaquer à leurs occupations. Elle souriait à ceux qu'elles croisaient, marchant encore une fois assez rapidement. Elle ne savait pas trop où elle allait, ses pas décidant seuls de la direction à prendre. Alors, elle ne réfléchissait pas, se laissant guider, le regard perdu au loin. Elle voulait rester seule pour réfléchir, s'était-elle dit. Ce qu'elle ne faisait pas. Non, en vérité, il valait mieux dire : elle voulait rester seule pour profiter d'un moment de calme. Moment de calme qui serait vite oublié lorsque la fête débuterait. Encore des jours à passer à boire et à manger, à parler avec des aristocrates tous plus ou moins jaloux d'Arthur et de son épée magique. Ces moments de festivité la rendaient heureuses, sur le moment, puis nostalgique les jours d'après. Lorsqu'une semaine environ était écoulée, ce n'était plus qu'un souvenir.

Ses pas la conduisirent donc vers une pièce spéciale. Celle que le roi n'avait pas tardé à combler par une table... Mais pas n'importe quelle table ! La Table Ronde. Elle s'arrêta un moment sur le seuil. Personne n'était présent. Elle était seule. Elle laissa son regard glisser vers la majestueuse Table, s'extasiant une fois encore devant la beauté du marbre et l'énergie qui s'en dégageait. Elle sentit son coeur se gonfler, et sourit. Un pur chef-d'oeuvre. Elle se dirigea vers elle, et la contourna en laissant sa main caresser les fins reliefs de la pierre. Elle était froide, mais chaleureuse. Elle était dure, mais douce. L'artisan qui l'avait fabriqué avait toute son admiration.

Elle n'osa pas s'asseoir sur l'un des sièges, qui étaient réservés aux chevaliers, malgré l'envie qui la prenait. Pour ne pas y succomber, elle s'en éloigna à regret, et s'arrêta à une certaine distance, joignant ses mains devant elle. Arthur... Il avait eu une idée formidable en créant cet ordre de chevaliers. Tous sur une Table Ronde, démontrant ainsi qu'ils étaient tous égaux entre eux, malgré leur différence d'origine, de taille, de couleur de cheveux, d'étendards... Un idéal tout à fait chevaleresque. Guenièvre sourit à cette pensée. Puis laissa son rire envahir la pièce.

Lorsqu'elle se fut calmée, elle se retourna, prête à retourner dans ses appartements. Et se figea. Là où elle était tout à l'heure, se trouvait un magnifique jeune homme, resplendissant comme toujours. Son coeur se serra. Mais pas de la même manière que précédemment. Plutôt... en une forme de souffrance et d'amour mêlés. Quelle sensation étrange... Elle sentit un frisson la parcourir, avant qu'elle ne se reprenne. Ils étaient seuls. C'était si rare... Cependant, elle ne voulait pas lui parler, gênée des sentiments qu'elle éprouvait à son égard. Et en même temps, elle désirait plus que tout courir pour se jeter à son cou, et le serrer fort contre elle. Mais elle ne le pouvait pas... C'était rageant ! Et, aussi, ça la faisait souffrir.

Elle se demanda ce qui allait se passer, à présent. Mais elle allait bien vite le découvrir. Elle observait le fin visage de Lancelot, guettant sa réaction. Il lui bloquait l'accès à la sortie... Allait-il la laisser partir sans mot dire, ou engager la conversation ? Dans tous les cas, Guenièvre ne savait pas ce qu'elle préférait...
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Lun 27 Avr - 9:21

Camelot était en ébullition, et Lancelot aussi. L'enthousiasme et l'humeur des autres avaient toujours eu tendance à déteindre sur lui, et il en faisait l'expérience depuis quelques jours. Il trépignait d'impatience à l'idée de revoir sa mère. Il trépignait d'impatience à l'idée de livrer un grand tournoi. Il trépignait d'impatience à l'idée d'apercevoir Guenièvre dans sa belle robe d'apparat. Le jeune chevalier aimait les jours de fêtes pour toutes les possibilités qu'ils offraient, mais il détestait l'attente qui précédait. Il n'avait jamais prétendu être patient, et le fait de devoir patienter lui tapait sur le système. C'était pourquoi il cherchait toujours du calme dans la solitude et la fraîcheur du château. Ici, personne ne viendrait l'embêter, ni jouer avec ses nerfs à vif. Il traînait des les couloirs du grand bâtiment, ne regardant pas où il allait. Il n'avait qu'une idée en tête, la même à chaque fois qu'il pénétrait ici. Il pouvait tomber sur Guenièvre au détour d'un couloir. Cette idée l'emplissait de sentiments contradictoires. D'une part, il aurait aimé rencontrer la reine, parce que l'amour qu'il nourrissait à son égard le poussait dans cette voie. Mais d'un autre côté, il préférait l'éviter ; il était trop gêné en sa présence.

Ses pas le menèrent machinalement dans la salle de la Table Ronde. C'était pratiquement toujours là qu'il se rendait lorsqu'il pénétrait dans le Château. Il aimait l'ambiance qui règnait dans cette salle, il aimait prendre place sur le siège qui lui était attribué. Et il rêvait de s'assoir, un jour, à la droite d'Arthur, sur le siège réservé à celui qui trouverait le Graal. C'était sa destinée à lui, de trouver ce calice sacré, il le savait. Mais la pensée de Guenièvre l'empêchait de garder le coeur pur qu'il aurait dû conserver. Il tentait pourtant de se consacrer entièrement à sa quête, mais c'était impossible. Alors qu'il pénétrait dans la salle, il vit qu'elle n'était pas vide. Et justement, c'était la Reine qui se tenait là. Le coeur de Lancelot plongea dans sa poitrine, tandis que sa respiration se bloquait. Sa vue était un délice, une merveille dont il ne pouvait détacher les yeux. Mais elle lui causait tant de peine à la fois ! Il aurait aimé s'approcher d'elle, l'enlacer le plus tendrement du monde, et lui dire jour après jour combien il l'aimait. Mais tous ces actes, toutes ces paroles, lui étaient refusées à jamais. Et il aurait été prétentieux de penser que Guenièvre en avait également envie. Après tout, elle avait tout pour être heureuse, Arthur étant loin d'être un mauvais mari et un mauvais bougre.

Le jeune chevalier ne bougea pas de l'embrasure de la porte, les yeux rivés sur la femme qui hantait ses pensées. Il ne savait pas quelle attitude adopter. Une partie de lui avait envie de se jeter sur la Reine, l'autre de s'enfuir en courant. Enfin, les convenances exigeaient qu'il entame la discussion, au moins pas un salut. Elle était tout de même la reine de Bretagne, et il se devait de lui montrer le même respect qu'à Arthur. Son rire envahit la pièce, et le jeune homme eut envie de rire avec elle. C'était un son merveilleux, qu'il ne voulait surtout pas oublier. Guenièvre se retourna alors, et leurs regards se croisèrent. Le coeur de Lancelot manqua plusieurs battements tandis que le rouge lui montait aux joues. Si ses foutues joues continuaient à le trahir de la sorte, il devrait envisager de se laisser pousser la barbe. Ils s'observèrent ainsi quelques instants, aucun des deux n'osant ni bouger, ni parler. Ce fut le chevalier qui se reprit le premier, se souvenant de quelle façon il était sensé se comporter face à la reine. Elle devait probablement attendre qu'il la salue, alors que lui restait planté là comme un idiot qu'il était. Il s'inclina alors face à elle, puis chercha son regard à nouveau.

-Bonjour, ma Reine. Je ne m'attendais pas à vous trouver seule ici... Je venais chercher un peu de calme loin du bruit de la foule, je m'excuse de vous avoir dérangée.
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Mer 29 Avr - 16:10

Lancelot s'inclina, et parla, comme tiré d'un rêve. Guenièvre l'observait, gênée, et aurait bien voulu s'élancer vers lui pour lui demander de cesser ces pitreries. Elle ne voulait pas le voir s'incliner devant elle, ça la rendait nerveuse. Comment pouvait-on accepter pareille attitude d'une personne qu'on aimait plus que tout ? Mais elle devait bien le faire, étant la Reine... et lui chevalier. Elle se contentait donc de sourire maladroitement, ne sachant que faire ni que dire.

Il s'excusa. Mais s'excuser de quoi ? Il ne l'avait pas du tout dérangée, au contraire. Elle ne faisait rien, rien si ce n'était observer la beauté de la pièce, et admirer l'unité que formaient les chevaliers. Unité qu'elle espérait voir durer pendant des années et des années. Voire des décennies. Et même se transmettre aux générations suivantes. C'était une trop belle amitié pour qu'elle soit oubliée par la suite, ou même bafouée. Mais elle était intimement persuadée que cela n'arriverait pas. C'était inimaginable. Un traître de cet magnifique amour qui liait les chevaliers ? Impensable !

Il cherchait du calme. Tout comme elle. Puis elle passait du temps avec lui, et plus elle se rendait compte qu'ils se ressemblaient énormément. Plus elle en apprenait sur lui, et plus elle en était amoureuse. Et plus elle en était amoureuse, plus elle souffrait. Car elle savait que jamais elle ne pourrait être avec lui. Alors elle commençait à se morigéner, car c'était de sa faute si elle était amoureuse, pas celle de Lancelot... Quoique... S'il n'était pas ainsi, elle serait sûrement indifférente vis-à-vis de lui. C'était donc de leur faute à tous deux. Ah ! Elle est belle, la vie !

"Ne vous excusez pas. Vous ne me dérangez pas du tout. Je faisais que me promener, profiter un peu de la solitude avant les festivités."

Elle lui sourit encore une fois. Elle hésitait à engager la conversation plus loin encore. Elle avait peur de se trahir, par ses gestes ou même par le timbre de sa voix : ce dernier menaçait effectivement de devenir tremblant d'émotion. Mais elle ne pouvait pas abandonner ainsi Lancelot, ce n'était pas très poli. Surtout que cela faisait des jours et des jours qu'elle l'évitait sans cesse. Il allait commencer à se poser des questions, si elle continuait sur cette voie. Elle devait se montrer avec lui comme elle était avec les autres chevaliers. Elle prit donc sur elle, jugea de son état avant de se lancer, puis parla :

"J'impatiente de vous voir combattre lors du tournoi. Je suis persuadée que vous nous éblouirez par vos performances, comme d'habitude."

C'était la stricte vérité. Mais elle en cachait tout de même la plus grosse partie : le chevalier, lorsqu'il était ceint de son armure, était d'une beauté époustouflante. Et il combattait comme s'il effectuait une danse compliquée, mais non moins dépourvue de grâce. Tandis que ses adversaires se jetaient sur lui tels des fauves, il les évitait le plus naturellement possible, pour ensuite gagner la victoire tout aussi facilement.

Elle se rappela alors que le chevalier avait déclaré chercher le calme. Elle rougit jusqu'aux oreilles, avant de s'excuser :

"Pardonnez-moi. Je suis là à parler alors que vous cherchez la solitude. Je vais vous laisser, mes Dames doivent m'attendre."
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Ven 1 Mai - 15:59

La simple vue de la reine emplissait Lancelot de sentiments contradictoires. Il sentait son coeur battre à vive allure contre ses côtes tandis qu'il se rassasiait de la présence de la femme qu'il aimait, mais son esprit lui dictait de prendre la fuite. Il était heureux et tremblant de peur à la fois. Peur de trahir le serment qu'il avait fait à Arthur, peur de perdre son honneur. Peur que ses mots trahissent ses pensées, et que son plus grand secret n'en soit plus un. Il avait honte de cet amour qu'il portait à Guenièvre, honte parce qu'il allait à l'encontre de tous les codes, toutes les règles, tout ce qu'on lui avait appris. Mais quelle importance pouvaient bien avoir les règlements face à ce qui consummait le jeune chevalier ? La distance qui le séparait de la reine lui semblait à la fois dérangeant et infranchissable. Il n'avait pas le droit de la toucher, il n'avait même pas le droit de la regarder comme il le faisait. Ce n'était pas son rôle à lui de la dévorer ainsi des yeux. Il aurait voulu tourner les talons et aller se fondre dans le vacarme de la foule, pour ne plus s'entendre penser. Mais il devait parler à Guenièvre, il se devait de le faire par politesse et respect. Il n'était pas un rustre, et la gêne qu'il ressentait n'allait pas lui faire oublier la façon dont il avait été élevé.

Il l'avait donc saluée, puis s'était excusé de l'avoir dérangée. Elle semblait vouloir être seule, et il lui expliqua que c'était ce qu'il avait recherché également. Elle lui déclara qu'il n'avait pas à s'excuser, qu'il ne la dérangeait pas. Lancelot savait bien que c'étaient là des paroles de convenances, de politesse. Elle lui adressa cependant un sourire à tomber à la renverse. Elle était magnifique, bien au delà des mots. Le jeune homme, par pur réflexe, lui sourit en retour. Ils étaient tous deux plantés l'un en face de l'autre, à une certaine distance, et aucun ne semblait vouloir bouger. Ils se contentaient de se parler de loin, de se regarder de loin. Elle parla alors du tournoi qui aurait lieu dans quelques jours, et Lancelot inclina la tête face au compliment. Il se sentait perdu, ne sachant plus trop comment réagir. Comment se comporter normalement. Ce simple compliment lui faisait tourner la tête, lui donnait envie de dire à Guenièvre que c'était elle qui était éblouissante.

-Je vous remercie... J'ai moi aussi hâte de prendre les armes pour un jeu. Et ce serait un grand honneur que de défendre vos couleurs, ma Dame.

Encore une fois, ajouta-t-il dans sa tête. Il déja combattu pour la Reine, et le souvenir de ses doigts autour de son bras le brûlait encore. Il ne se battait jamais aussi bien que quand c'était pour elle, que quand elle était là. Il était comblé qu'elle le complimente sur ses talents de chevalier, lui qui en était si fier. Il avait l'audace de lui demander ce privilège une seconde fois, et il espérait de tout coeur qu'elle répondrait par l'affirmative. Elaine n'était pas à Camelot, et ne pourrait pas venir, comme toujours. Ce fait ne dérangeait pas Lancelot, qui n'avait pas plus envie que cela de revoir sa femme. Oh bien sûr, il avait de l'affection pour elle, une certaine forme d'amour. Mais qui ne tenait pas la comparaison avec ce qu'il éprouvait pour Guenièvre. Et il savait que la présence de la jeune femme dans Camelot le mettrait en danger... Ses rêves étaient peuplés de l'image de la Reine, et il ne voulait pas se trahir durant son sommeil. De plus, il ne voulait pas faire de mal à Elaine, qui aurait mérité un mari aimant et attentionné.

Le jeune chevalier vit soudainement la reine rougir jusqu'aux oreilles. Aussi incroyable que ça puisse paraître, elle était encore plus belle quand elle était ainsi embarrassée. Elle lui déclara alors qu'elle aller le laisser, puisqu'il cherchait la solitude, plutôt que de rester là à discuter. Lancelot ne voulait pas la laisser partir, il ne voulait pas que leur entretien se termine là... Mais il n'avait pas le droit de la retenir, pas le pouvoir non plus. Il devait s'effacer, lui libérer le passage, et lui souhaiter une agréable journée. Cependant, il tenta tout de même de la faire rester, juste un peu plus longtemps. Même si c'était dangereux, il voulait rester avec elle, et il était connu pour sa témérité. Il osait toujours tout - ou presque. Et même s'il savait qu'un jour il se brûlerait les ailes, il ne pouvait s'en empêcher.

-Oh, barvarder avec vous m'est très agréable... Et bien plus plaisant qu'une promenade solitaire.

Malgré tout, ne souhaitant pas l'obliger à rester, il avança un peu dans la pièce, pour libérer la porte. Et il s'effaça un peu pour lui laisser le passage libre, si elle voulait s'en aller.
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Ven 1 Mai - 20:49

Guenièvre avait l'impression qu'ils étaient ridicules, tous deux à rester plantés l'un en face de l'autre. Nul doute que, si quelqu'un venait à entrer dans la pièce (en bousculant Lancelot dans la même occasion), il ne pourrait s'empêcher de rire devant l'air embarrassé de la reine... Avant de se poser des questions, évidemment. Mais cela n'arriverait pas, et elle n'avait pas à se trouver ridicule. C'était une impression passagère, qui passerait rapidement. Elle tenta de s'en convaincre avant de s'intéresser à nouveau à l'homme qui lui faisait face. Ce dernier avait un large sourire. Sourire qui ne pouvait s'empêcher de faire battre le coeur de la reine assez fort pour qu'elle ait l'impression d'étouffer. Elle se rendit alors compte qu'il ne faisait que répondre à son propre sourire. Il ne s'imaginait même pas à quel point il pouvait être séduisant, ainsi. Elle commença à se balancer légèrement d'un pied sur l'autre, se demandant quelle attitude adopter (et surtout la tête qu'elle donnait à voir à son interlocuteur).

Lancelot demanda alors à défendre ses couleurs.

La Reine stoppa son balancement, et l'observa, surprise et sous le choc. Défendre ses couleurs ? A nouveau ? Pourquoi ? La femme de Lancelot, Elaine si elle se souvenait bien, n'était-elle pas à Camelot ? Elle réfléchit un court instant, avant d'en conclure que, non, elle ne l'avait pas encore aperçue. Et si elle était là, son mari serait en ce moment même auprès d'elle, et non à discutailler avec la reine. Arthur accepterait-il, une fois encore, que Lancelot défende les couleurs de la Reine ? Ils étaient très proches, comme deux frères, pratiquemment. Arthur n'y verrait sans doute pas d'inconvénient.

"Ne l'avez-vous pas déjà fait ?"

Cette question n'était que pure civilité. Elle savait déjà la réponse qu'elle allait donner. La seule fois où elle avait pu toucher le chevalier, ç'avait été, justement, lorsqu'il avait combattu pour elle. Et puis, avouons que voir un tel chevalier combattre aussi férocement pour vous, ça vous fait chaud au coeur (tout en vous donnant des palpitations. Pauvre Guenièvre !). Elle fit mine de réfléchir, ne voulant pas donner l'impression qu'elle n'attendait que cette proposition. Elle ne put s'empêcher de penser qu'il était imprudent, de lui poser pareille question. Imprudent et... téméraire, aussi.

"Soit ! J'accepte."

Elle aurait voulu ajouter un petit compliment, mais elle en avait déjà assez fait comme ça. Si elle continuait, elle aussi allait devenir imprudente et téméraire. Elle se contenta donc de ces deux mots. Ils n'avaient pas besoin d'ornements, parfaitement compréhensibles comme ils étaient.

Elle pensa soudainement à Arthur. Que faisait-il, en ce moment ? Il devait s'occuper des préparatifs de la fête... Ou à une autre activité. Pourvu qu'il ne vienne pas par ici ! Elle aurait été beaucoup trop embarassée. Elle espérait que, même s'il ne se passait rien entre Lancelot et Guenièvre, jamais il n'aurait à les trouver face à face, seul à seule. C'était déjà bien assez compliqué comme cela. Elle avait du mal à lui cacher ses sentiments, et à lui faire preuve d'autant d'affection qu'avant qu'elle ne connaisse Lancelot. Arthur... Avait-il, lui aussi, rencontré une femme qu'il aimait plus qu'il ne l'aimait, elle ? Le lui cachait-il également ? Ou alors, n'aimait-il qu'elle ? Elle ne savait pas que préférer entre les deux solutions. Elle ne voulait pas que ce soit la première, car cela aurait signifié de la souffrance pour lui, mais elle ne voulait pas non plus que ce soit la seconde, car cela aurait signifié qu'elle lui ferait un jour ou l'autre du mal, lorsqu'il découvrirait la vérité... Car il était inévitable qu'il découvre la vérité.

C'est alors qu'elle fit savoir à Lancelot son 'désir' de partir (qui était plus une proposition faite par pure politesse qu'autre chose, car ce qu'elle désirait, c'était rester avec lui). Il eut un moment d'hésitation. A quoi pensait-il donc ? Ne désirait-il pas la solitude, n'était-ce pas ce qu'il avait recherché avant de tomber sur elle ? Il se montra une fois encore imprudent et téméraire. Il lui déclara en effet que discuter avec lui était plus agréable que se promener seul. Elle ne sut pas comment réagir. Disait-il cela par pure politesse, par pure courtoisie ? Ou le pensait-il vraiment et l'invitait-il à continuer la discussion avec lui ? Il s'effaça, laissant le passage vers la porte libre. Qu'est ce que cela pouvait bien signifier ? Elle ne savait plus que penser... Devait-elle partir, comme elle l'avait suggéré, ou rester parce qu'il voulait (et elle aussi) qu'elle reste ? Que désirait-il vraiment ? Elle étudia son visage, son regard, espérant y trouver un signe. Ne trouvant rien qui puisse l'aider, elle se contenta d'écouter ses paroles à la lettre, en espérant qu'elle ne se trompait pas.

"Eh bien... J'avouerai que votre compagnie m'est plus agréable que celle de mes Dames. Elles peuvent se montrer parfois extrêmement bavardes et impolies !"

Elle rit, histoire de détendre l'atmosphère. La journée s'annonçait belle, finalement.
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Dim 3 Mai - 19:46

La journée de Lancelot prenait une toute autre tournure, qu'il n'avait pas prévue. Il n'avait pas envisagé de se retrouver face à la femme qu'il aimait plus que de raison, et n'avait pas non plus imaginé entretenir une conversation avec elle. Il se sentait gêné et gauche, ainsi en face d'elle, à tenter d'aligner deux mots. Il lui semblait que c'était la conversation la plus difficile qu'il ait eu à mener de toute sa vie. Il avait la sensation que son coeur battait tellement fort contre ses côtes que Guenièvre ne pouvait faire autrement que de l'entendre. Que ses regards le trahissaient, que ses yeux se le trahissaient. Mais il n'avait pas d'autre choix que de rester là, à discuter avec la Reine. Et il n'aurait pas voulu faire autre chose. Il n'aurait pas voulu, pas pour tout l'or du monde, pas même pour le Graal, se trouver ailleurs à cet instant précis. Il se retrouvait pour la première fois seul avec la jeune femme, et c'était un moment qu'il considérait comme privilégié. Même s'il se trouvait stupide et d'une banalité inquiétante.

La conversation se porta alors sur le tournoi qui aurait lieu dans quelques jours, Guenièvre faisant un compliment sur les performances de Lancelot. Le jeune homme savait qu'il était un chevalier doué, l'un des meilleurs même, et il en tirait une grande fierté. Il n'avait jamais perdu un seul combat singulier, et ne pouvait que louer les enseignements de son maître, qui lui avaient permis d'en arriver là. Il prenait plaisir à voir ses adversaires trembler quand il entrait en lice, et il savait déja qu'il en sortirait vainqueur. Cependant, il espérait trouver, un jour, un adversaire qui lui donne une leçon... Un homme qui serait suffisament habile pour lui en mettre plein la vue, et qu'il puisse à nouveau apprendre de quelqu'un. Non pas qu'il n'apprenait plus, au contraire. Il s'efforçait d'assister à chaque entraînement militaire, même des nouvelles recrues ; il ne manquait pas un tournoi, pas un combat, et il en profitait pour observer ses compagnons et apprendre de leurs techniques, les bonnes comme les mauvaises. Sautant sur l'occasion, il demanda à la Reine s'il pouvait avoir l'honneur de défendre ses couleurs. Il ne lui ferait pas honte, il le savait. Il ne se permettait pas de perdre en temps normal, mais ça devenait impensable si le ruban de Guenièvre était noué autour de son bras.

Le jeune homme n'avait pas beaucoup réfléchi avant de poser cette question. Mais il était comme ça, il agissait, puis il réfléchissait. Elaine n'était pas actuellement à Camelot, et elle lui avait écrit pour lui déclarer qu'elle ne viendrait pas, mais il n'était pas à l'abris d'une surprise. Quelle tête ferait-elle lors du tournoi, s'il défendait les couleurs de la Reine plutôt que les siennes ? Quel regard lui lancerait-elle ? Lancelot ne voulait surtout pas faire souffrir sa femme, même s'il ne nourrissait qu'une affection certaine à son égard. Affection qui ne pouvait rivaliser avec l'amour qu'il éprouvait pour Guenièvre. Et si Arthur décidait de prendre part au tournoi, comment prendrait-il le fait que ce soit son meilleur chevalier qui porte les couleurs de sa femme ? Mais tous ces détails étaient loin de l'esprit du jeune homme, qui ne songeait qu'à la réponse que la Reine allait lui donner. Il l'observa tandis qu'elle réfléchissait. Elle semblait peser le pour et le contre. Lui, tout ce qui lui importait, c'était l'idée des doigts de la jeune femme frôlant son bras. Elle, si proche de lui. C'était tout ce à quoi il était autorisé à rêver. Rien d'autre ne pourrait jamais se passer entre eux, il le savait et il l'acceptait. Il ne voulait pas trahir Arthur.

Ce fut finalement un oui qu'elle lui donna. Cette réponse tira un sourire au chevalier, un sourire de bonheur. Une nouvelle fois, il allait avoir le droit de toucher la Reine. Il avait près de 10 ans de plus qu'elle, et pourtant il lui semblait qu'ils étaient tellement semblables... Plus il parlait avec la jeune femme, plus il en apprenait sur elle à travers de ce qu'il voyait, plus il sentait qu'ils auraient dû être ensemble. Certes, elle n'aurait jamais été reine, mais au moins, elle aurait eu un mari qui l'aime plus que tout. Lancelot ne pouvait s'imaginer avec une autre femme qu'elle. Tous les moments tendres et intimes qu'il partageait avec Elaine, en réalité il les partageait avec la reine. La voir était un besoin maladif chez lui, même si ce n'était que l'apercevoir une demi-minute. Cet amour qui semblait trop grand pour lui le consummait peu à peu, sans qu'il ne veuille rien y changer.

Guenièvre fit soudain part de son désir de s'en aller. Ou plutôt, de sa gêne quant au trouble de sa solitude qu'elle causait. Lancelot aurait voulu lui déclarer qu'au contraire, passer du temps avec elle était la plus belle chose qui lui était donnée de faire, qu'il aurait voulu rester là avec elle pour toujours, et que s'il s'isolait, c'était pour mieux penser à elle. Mais il se contenta de la rassurer quant au fait qu'elle ne le dérangeait pas. Qu'il appréciait sa compagnie. S'il ne pouvait pas dévoiler tout ce qu'il pensait, il ne pouvait retenir au moins ces paroles là. Cependant, il ne voulait pas la retenir si elle voulait vraiment partir. Il s'avança donc dans la pièce pour s'écarter de la porte, et lui laisser ainsi la voie libre. Elle sembla hésiter, ne sachant quelle attitude adopter. Il était vrai que Lancelot ne l'avait pas beaucoup aidée sur ce coup là. Ses paroles l'invitaient à rester, mais ses gestes lui indiquaient la sortie. Il ne la quittait pas du regard, mais il s'efforçait d'être impassible pour ne pas trahir son immense envie qu'elle reste.

Elle déclara finalement qu'elle préférait sa compagnie à celle de ses suivantes, qui pouvaient être bavardes et impolies. Lancelot s'en réjouit intérieurement, et ne put réprimer un sourire. Elle restait, finalement. Comme elle riait, Lancelot se joignit à elle, et laissa leurs rires emplirent la pièce jusqu'à s'en être rassasié. Il aimait tellement le rire de la Reine... Il aurait aimé l'entendre rire plus souvent, malheureusement ces moments là étaient destinés à Arthur. Du moins, il le supposait. Maintenant qu'ils discutaient depuis quelques minutes, le jeune chevalier se sentait plus à l'aise, moins perturbé. Il s'approcha un peu, tout en laissant une certaine distance entre eux. Il aurait aimé la toucher, s'approcher plus près encore, vérifier si sa peau était bien aussi douce qu'elle en avait l'air.

-Surtout qu'avec ce qui se trame à Camelot en ce moment, il y a de quoi barvarder des heures durant ! Si ce n'est pas trop indiscret, pourquoi avoir choisi la salle de la Table Ronde comme lieu de retraite ?
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Mer 6 Mai - 17:26

Lancelot avait dû vraiment espérer qu'elle reste, puisque son rire rejoignit bientôt celui de la Reine. Elle ne s'était donc pas montrée malpolie en manifestant son désir de continuer à converser avec lui. Dans le même moment, elle ressentit une joie immense : le chevalier voulait qu'elle reste avec lui ! Elle, Guenièvre. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû ressentir une aussi grande gaieté, mais elle ne pouvait lutter contre ses sentiments. Peut-être même qu'il ne voulait rester avec elle, que parce qu'elle lui inspirait pas plus que de l'amitié (et non amitié au sens d'amour), parce qu'il considérait qu'elle était de bonne compagnie. Après tout, n'était-il pas marié ? Il était sans doute très amoureux. Quelle chance son épouse avait ! Guenièvre aurait tout donné pour être à la place d'Elaine, même abandonner son statut de Reine. D'ailleurs, ce statut là lui pesait parfois, elle ne savait pas si elle était à la hauteur, et rendait heureux les petites gens du royaume. Mais là était un autre problème...

Malgré tous les raisonnements qu'elle pouvait se faire, elle restait profondément heureuse de son désir d'être en sa compagnie. D'ailleurs, ne dit-on pas que l'amour a ses raisons que la raison ignore ? Les devoirs de la Reine, ses droits également, les lois, les arguments que pouvaient lui prodiguer ses proches, sa raison même ne pouvaient pas faire taire son sentiment d'amour. Ne le pourrait jamais. Malheureusement ou non ? Elle avait tendance à répondre par l'affirmative. Car elle ne pourrait jamais vivre cet amour dont elle rêvait nuit et jour. Et, en même temps, ce sentiment la rendait tellement heureuse... Joie et souffrance en même temps, comme c'était étrange. Elle n'avait jusque là jamais ressenti un sentiment qui se rapproche de celui-ci, qui soit aussi... compliqué... unique... indescriptible.

Indiscret... Lancelot lui demandait si sa question était indiscrète ! Elle se retint de rire, elle ne voulait pas le vexer. Mais elle ne pensait pas que cet adjectif convenait. Il pouvait lui demander ce qu'il voulait, elle lui répondrait toujours (jusqu'à certaines limites, étant donné son statut...). Elle ne put cependant empêcher un léger sourire se dessiner sur ses lèvres quand elle entendit ladite question. Lancelot était également curieux. Curieux de savoir ce qu'elle faisait. Elle bloqua ses pensées, les empêchant d'aller plus loin. Il fallait qu'elle arrête d'interpréter les faits et gestes du chevalier, où elle aurait des ennuis... Et elle ne voulait pas non plus se torturer pour rien. Oui, se torturer, car elle se donnait des espérances qui seraient sûrement démenties.

Laissant la question trottiner dans sa tête, elle jeta un regard autour d'elle, s'extasiant une fois encore devant la beauté du lieu... Et son symbolisme, également. Elle se demandait ce que les chevaliers ressentaient, à s'asseyant à cette table. Étaient-ils émerveillés, fascinés, tout comme elle ? Où, au contraire, avaient-ils pris tellement l'habitude de cette pièce qu'ils ne ressentaient plus rien du tout face à cette table somptueuse ? Cette dernière possibilité semblait improbable, étant donnée qu'elle-même, alors qu'elle venait quand même assez souvent, était toujours étreinte par un sentiment semblable. Indescriptible, lui aussi, mais pas de la même manière que celui de l'amour. Plutôt un sentiment... esthétique. Oui, ça devait être ça. D'admiration, également.

Elle n'avait pas vraiment choisi cette pièce, c'était plutôt la pièce qui l'avait choisie. Elle avait laissé ses pas vagabonder seuls dans les couloirs, son esprit voyageant bien plus loin que l'intérieur du château, et quand elle était sortie de ses rêveries, elle était ici... Y avait-il une signification particulière à cela ? Pas vraiment. Guenièvre optait plutôt pour le silence. Elle désirait le silence et, oreilles aidant, avait trouvé la salle adéquate. Et puis, Lancelot était apparu... Signe du destin ? Non, il fallait vraiment qu'elle arrête de s'imaginer des choses pareilles...


"Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas indiscret... C'est le seul endroit vraiment calme du château et, comme je vous l'ai déjà dit, je recherchais la solitude. Me voila donc ici !"

Puis elle désigna la Table, encore songeuse. C'était l'occasion de savoir ce que l'un des chevaliers ressentait lorsqu'il se retrouvait ici.


"Et puis, je ne me lasse pas de voir cette beauté... Pas vous ?"
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Ven 8 Mai - 0:23

Le soleil qui traversait les grand vitraux de la salle frappait Guenièvre dans le dos, l'entourant d'un halo de lumière envoûtant. Sa chevelure blonde se transformait en aura dorée, tandis que la blancheur de sa peau ressortait magnifiquement sur ce fond coloré. La finesse de ses traits et la beauté de son sourire époustoufflaient Lancelot qui, tout gentleman qu'il était, avait du mal à rester lui-même et à suivre la conversation. Les palpitations de son coeur et les idées qui se bousculaient dans sa tête le troublaient plus qu'il ne tentait de le montrer à la Reine. Sa simple présence suffisait à le mettre dans tous ses états, et il faisait un effort surhumain pour ne rien laisser transparaître de la gêne qui l'habitait. Il entretenait pour la première fois de sa vie une véritable conversation avec Guenièvre, et il se rendait compte combien cela l'emplissait de joie et de bien être. Jusqu'ici, il n'avait fait que l'observer de loin, l'admirer sans oser lui adresser la parole autrement que pour la saluer. Ils n'étaient de toutes façons pas sensés se parler plus que cela, n'ayant rien à faire l'un avec l'autre. Guenièvre était la femme d'Arthur, et elle devait le rester.

Cependant, malgré les paroles que Lancelot se répétait jour après jour, malgré ses tentatives de se convaincre que la Reine était heureuse avec le Roi, qu'il n'avait aucun droit de venir troubler ce bonheur et qu'il n'avait qu'à oublier Guenièvre, il ne pouvait faire taire cet amour qui le dévorait. Il aimait la jeune fille devant lui plus que de raison, et il n'avait même pas besoin de la connaître pour cela. Un seul regard avait suffit pour qu'il comprenne qu'il ne pourrait jamais aimer une autre femme, et qu'il n'aurait jamais d'yeux que pour elle. Il une fois déja eu l'audace de lui demander l'honneur de défendre ses couleurs au cours d'un tournoi, et il recommençait aujourd'hui. Il n'avait fait qu'écouter ses envies, sans réfléchir aux conséquences que ce geste pourrait éventuellement entraîner. De toutes façons, il avait depuis sa plus tendre enfance appris à assumer ses choix et ses actes, et il ne craignait rien ni personne. La seule peur qu'il avait, c'était de décevoir les gens qui l'aimaient, tel que Arthur, Elaine, ou encore Vivianne. Il ne voulait jamais lire de déception dans leurs yeux, ni de reproches. Jusque là, il s'était toujours montré irréprochable, parfait dans tout ce qu'il entreprenait. Jamais personne n'avait eu de reproches à lui faire, et il en était très fier. Mais depuis qu'il nourrissait un amour interdit à l'égard de la Reine, cette peur était devenue une obsession. Il aurait pu se montrer plus méfiant quant à son attitude vis à vis de Guenièvre, mais il ne pouvait s'empêcher de tenter d'être toujours un peu plus proche d'elle.

Même s'il n'attendait rien d'elle en retour. Oh bien sûr, il aurait aimé qu'elle l'aime en retour, il en rêvait même. Mais il savait que ce n'était qu'un rêve, qu'un fantasme qui ne pourrait jamais se réaliser. Après tout, elle possédait déja l'amour d'un homme, et pas n'importe lequel : celui d'Arthur, Haut Roi de Bretagne. Personne n'aurait été assez fou pour s'éprendre du pauvre chevalier qu'il était quand l'autre prétendant n'était autre que le rejeton d'Uther Pendragon. Egoïstement, Lancelot cherchait donc simplement à profiter de cette rencontre avec la Reine pour se rapprocher d'elle, pour en apprendre plus sur elle, pour l'aimer un peu plus encore. Sans rien offrir en retour, puisqu'il savait qu'elle n'attendait rien de lui que des politesses et des conversations de convenance. Il s'en moquait, tant que ça lui faisait passer du temps avec elle, tout était bon à prendre. Malgré tout, lorsqu'elle décida de rester avec lui plutôt que d'aller rejoindre ses suivantes, il ne pu s'empêcher d'espérer. Elle le préférait, lui, à toutes ces femmes qui étaient sensées être ses amies. Peut-être qu'elle appréciait vraiment sa compagnie... Peut-être, peut-être...

Ils parlèrent de la Table Ronde, Lancelot s'excusant d'avance s'il était indiscret. Il ne comprenait pas vraiment ce que la reine venait faire ici. Après tout, cette salle et cette table étaient réservées aux chevaliers, aux réunions sérieuses et aux stratégies militaires. Une femme ne devait trouver aucun attrait à cette salle remplie de pensées et d'énergies masculines. Au-délà de tout cela, Lancelot lui-même aimait cette salle pour tous les souvenirs qu'elle abritait. Il aimait son statut de chevalier, il aimait l'idéal qu'ils avaient tous, et il aimait ses frères d'armes. Il ne prenait pas vraiment la peine d'apprendre à tous les connaître, il avait même une sorte de dédain envers les plus jeunes sans expérience, mais il aimait l'ensemble qu'ils formaient. Il aimait le fait d'être un Chevalier de la Table Ronde. C'était pour cela qu'il aimait se retrouver dans cette salle, pour se rappeler ce qu'ils étaient tous, ce qu'ils cherchaient, et pour se rappeler les bons moments qu'ils avaient passé ici.


Guenièvre lui répondit qu'elle était venue ici pour trouver la solitude qu'elle cherchait. Lancelot se rendit compte que c'était peut-être lui qui la dérangeait. Cependant, elle avait décidé quelques secondes plus tôt de rester alors qu'elle avait la possibilité de s'en aller. Ca voulait bien dire qu'elle avait envie de rester avec lui. Il ne proposa donc pas de la laisser seule. Il n'en avait de toutes façons aucune envie. Lorsqu'elle lui parla de la beauté en désignant la Table Ronde, il ne la quitta pas du regard. Oh que non, il ne pouvait pas se rassasier de cette beauté, il ne pouvait pas s'en lasser. Ils ne parlaient pas de la même chose, mais la réponse était la même. Ce fut en la regardant qu'il répondit, n'accordant pas un regard à la table dont elle parlait.

-Moi non plus... il me semble impossible de m'en lasser.

Se rendant seulement compte de son insolence et de son inconscience, il rougit très violemment, et porta immédiatement toute son attention à la Table. Il n'aurait jamais dû se permettre de dire ce genre de choses à la Reine. Il n'avait aucun droit de dire ça à une dame de son rang. A aucune dame tout court d'ailleurs. Ne sachant plus où se mettre suite à sa déclaration plus qu'osée, il chercha à changer de sujet. Mais que pouvait-il donc bien dire qui puisse intéresser la Reine ? Qui puisse effacer la gêne qu'il ressentait depuis quelques secondes ?

-Avez-vous déja profité d'une de vos ballades solitaires ici pour vous asseoir sur l'une de ces chaises ?
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Dim 10 Mai - 19:20

Lancelot ne jeta pas un regard à la Table que la reine désignait. Cette dernière s'en étonna. D'ordinaire, les gens observaient ne serait-ce que quelques secondes l'objet dont on discutait. Pas cette fois-ci. Mais il lui répondit tout de même, des étoiles dans les yeux. Elle fronça légèrement les sourcils. Elle le trouvait étrange, à cet instant précis. D'autant plus qu'il rougit d'un coup, se tournant brusquement vers la Table. Ce pourrait-il que... les hommes agissaient ainsi lorsqu'ils faisaient la cour à une dame. Pouvait-elle se permettre ne serait-ce que d'espérer que l'homme qui lui faisait face avait eu ce dessein, en lui disant cette phrase aussi tendrement ? A cette pensée, son coeur accéléra sa cadence. Elle le sentait tambouriner contre sa poitrine, et se demandait comment Lancelot faisait pour ne pas entendre ces coups de tonnerre. Peut-être même entendait-il... Dans ce cas, elle était fichue, perdue, capout ! Il ne fallait pas qu'il sache... Alors, elle tenta vainement de calmer son coeur. Mais c'était comme essayer de faire avancer une mule ! Cet organe de malheur n'en faisait bien évidemment qu'à sa tête, et la Reine ne pouvait rien y faire... Alors elle pria pour qu'il n'entende rien, tout simplement. Le visage de Lancelot était encore rouge. Il semblait réfléchir à toute allure. Guenièvre se sentait gênée pour lui. Tout en voulant savoir si elle avait raison de penser qu'il venait de la courtiser, elle espérait aussi qu'elle se trompait. Car sinon... mais mieux valait ne pas y penser.

Elle ne releva donc pas la remarque, se contentant de l'observer avec de grands yeux ronds. Quand elle se rendit compte du visage qu'elle devait offrir, elle se reprit vite et se construisit un masque d'indifférence. Elle ne savait vraiment pas que dire pour relancer la discussion sur un autre sujet. Sa proximité... la mettait mal à l'aise. Sans s'en apercevoir, ils s'étaient tous deux rapprochés l'un de l'autre, tout en conservant une distance convenable. Mais voir la peau du chevalier, même à cette distance... était intolérable pour la Reine. Car elle souhaitait toucher cette peau. Sentir sa chaleur. Sentir la vie qui en émanait. Tout simplement... Elle voulait se rapprocher encore plus, histoire de sentir son odeur. Mais elle ne pouvait pas se le permettre. Non seulement parce que ce serait indigne d'une femme mariée... mais aussi parce que n'importe qui pouvait entrer à n'importe quel moment. Alors elle luttait contre elle-même pour ne pas se rapprocher, et serrer le chevalier contre son coeur. Sentir ses bras se refermer tendrement sur elle...

Avant de s'enfoncer plus loin dans son rêve éveillé, elle se secoua pour revenir au présent. Pile au bon moment pour entendre la question de Lancelot.

Comment pouvait-il penser qu'elle ait pu commettre pareille infamie ? S'asseoir sur l'un des sièges des chevaliers, alors qu'elle ne l'était pas ? Jamais elle ne pourrait, même si le Roi en personne le lui proposait. A la rigueur, elle irait chercher une chaise dans une autre pièce, pour la poser légèrement en retrait de celle du roi... Mais c'était tout. Jamais elle ne pourrait ne serait-ce que toucher une de ces chaises.

Elle jeta un regard horrifié à Lancelot, ne comprenant pas l'intérêt de cette question. Mais elle décida de ne pas chercher plus loin. Cette manie avait tendance à l'amener à espérer ce dont elle n'avait pas le droit d'espérer... à rêver aussi... et à lui faire mal. Elle se faisait du mal toute seule, elle le savait, mais elle ne pouvait faire autrement que penser à lui jour et nuit... Comment ne pas penser à un homme tel que lui ? Aussi brave, élégant, noble, intelligent, beau... NON ! Il fallait qu'elle arrête de penser à lui, s'était-elle dit !

"Je n'oserai jamais faire pareille chose, seigneur Lancelot..."

Cette conversation lui paraissait dénuée d'intérêt hors le fait qu'elle pouvait entendre sa voix... qu'il utilisait rien que pour elle, en cet instant précis. Elle voulait en savoir plus sur lui, sur sa vie, sur ses passions... Elle voulait tout connaître de lui. Mais se ferait-elle bien voir, si elle l'interrogeait ainsi ? Ou même... était-ce bien raisonnable ? Elle n'en savait rien... à part qu'elle mourrait d'envie de les poser, ces questions.

Finalement, elle se sentit invincible. Peu importe ce qu'elle disait à Lancelot, ce qu'il lui répondrait... elle était Reine. Il n'avait pas à se poser des questions sur ses motivations. Au pire, elle répondrait qu'elle souhaitait connaître chacun des chevaliers du roi. Et puis... et puis qu'elle arrête de se torturer !

C'est donc sans se poser plus de question qu'elle demanda de but en blanc :

"Seigneur Lancelot... je vous avoue que ma curiosité me titille. Qu'est-ce qui vous a amené à être un aussi bon combattant ?"
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Lun 11 Mai - 23:50

Lancelot était mort de honte, et aurait aimé se fondre dans les tapisseries qui recouvraient les murs. Il n'aurait jamais dû se permettre les mots qu'il venait d'adresser à la Reine. Qui était-il pour oser la courtiser ainsi ? Il n'avait aucun droit de faire une telle chose, et il s'en voulait cruellement. Il rougit violement, et évita de croiser le regard de Guenièvre. C'est pourquoi il ne vit pas la mine stupéfaite et choquée qu'elle lui offrait pourtant. Dieu qu'il était stupide, si seulement ça lui arrivait de réfléchir avant d'agir ! De ne pas réagir de façon instinctive face à ce qu'il ressentait. Lancelot avait toujours été comme ça : il suivait ses intuitions et ses sentiments, le reste n'ayant qu'une importance toute relative à ses yeux. Les conséquences, il les assumait. Mais pas cette fois. Il aurait aimé effacer les quelques instants précédents, pour ne plus se sentir si gêné. Pressé de changer de sujet, mais ne trouvant rien de bien spirituel à lancer, il se contenta de poser une question dont il connaissait déja la réponse. Bien sûr que non, elle ne se serait jamais permis une telle chose ; elle savait, comme tout le monde, que cette Table et ces sièges étaient réservés aux chevaliers. S'asseoir sur l'un d'entre eux revenait à un sacrilège. Elle était peut-être Reine, mais elle n'avait pas vraiment tous les droits non plus... Du moins, elle avait assez de respect pour se refuser certaines choses, si tentantes soient-elles.

Elle lui répondit d'un air horrifié, et Lancelot se força à l'impassibilité. La Reine n'avait eu aucun mal à lui faire comprendre ce qu'elle pensait. Cette simple idée l'emplissait d'horreur... Pourtant, le jeune chevalier aurait comprit qu'elle ai sucombé à la tentation. Lui-même ne supportait jamais qu'on lui interdise quelque chose, et il avait prit la fâcheuse habitude de se croire tout permi. Il fallait dire qu'il n'y avait pas grand chose qui lui étaient refusées, mais il s'empressait toujours de franchir les quelques interdits qu'on lui opposait. L'amour qu'il nourrissait pour Guenièvre était un exemple de cette manie. Elle était la seule femme, de tout le royaume, qui lui était ainsi interdite. Les autres maris, il aurait pu les défier en duel, et les vaincre. Mais pas Arthur. Peut-être avait-il une chance de le vaincre, et encore il n'en était pas certain, mais surtout, il n'avait pas le droit de le tuer. Et il ne l'aurait jamais fait. Il l'aimait trop et le respectait trop pour s'autoriser un tel geste, si fort soit son désir pour sa femme.

Il y eut un bref silence dans la salle de Table Ronde. Lancelot ne savait plus où se mettre, toujours gêné quant à son audace précédente. Il aurait voulu trouver une question intéressante à poser à Guenièvre. Il voulait tout savoir d'elle, il voulait apprendre à la connaître, savoir ce qu'elle aimait, ce qu'elle détestait, ce à quoi elle rêvait. Il voulait savoir si elle aimait sa vie, il voulait savoir ce qu'elle pensait... Mais ces questions étaient trop indiscrètes, trop personnelles. Il n'avait pas le droit de les poser, et il ne ferait pas la même erreur deux fois. Il avait était beaucoup trop inconscient au début de leur discussion, on ne l'y reprendrait plus. Il resterait désormais à sa place, courtois et chaleureux comme toujours. Même s'il lui était très difficile de ne rester que cela en la présence de la jeune femme. Elle éveillait en lui tant de sentiments qu'il découvrait pour la première fois qu'il perdait un peu pied. Il n'était plus le jeune chevalier sûr de lui et même quelque peu orgueilleux qu'il était d'habitude. Il n'était plus qu'un jeune homme aux joues de jouvencelles et au coeur prêt à exploser.


La Reine lui posa alors une question qui le surpris. Elle voulait savoir ce qui l'avait amené à être un si bon combattant... Eh bien, probablement l'entraînement, en plus des dons innés qu'il avait sûrement hérité de son père. Très jeune, il avait démontré de bonnes aptitudes au combat, et il avait acquis en agilité, en rapidité et en force. Il ne craignait plus rien ni personne. D'ailleurs, il tenait à sa réputation de meilleur chevalier du monde. Il sortait toujours victorieux de ses duels, et il en éprouvait une très grande fierté. Cherchant exactement quoi répondre à la jeune femme, il prit son temps avant de parler. Il voulait saisir l'opportunité qu'elle lui donnait. Elle lui offrait la chance d'en dévoiler un peu plus sur lui-même. Et elle était précisément la personne à laquelle il avait envie de se dévoiler. Même en restant aussi loin d'elle physiquement, il ne pouvait qu'espérer et tenter un rapprochement émotionnel, mental. L'idée qu'elle sache qui il était réellement lui plaisait, bien plus qu'il n'aurait su l'exprimer. Osant de nouveau la regarder dans les yeux, il s'autorisa un sourire.

-Je dirais que c'est l'entraînement qui m'a mené là... Ainsi que l'excellence de mes professeurs, et de mes propres aptitudes. On dit souvent qu'on a ça dans le sang. Mais si votre question portait sur mes motivations, alors ma réponse est plus certaine : pour défendre et protéger des valeurs qui me sont chères. Si je puis me permettre, pourquoi une telle question ma Reine ?
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Dim 24 Mai - 20:10

[désolée pour le retard...]

Guenièvre attendait patiemment la réponse de Lancelot. Elle était encore perturbée par les mots et l'attitude qu'il avait pris juste auparavant, mais tentait de ne rien en montrer. Il ne fallait pas qu'elle succombe au charme de ce beau et fier chevalier, même si c'était déjà fait... Bon, pensées contradictoires, mais ce qu'il faut surtout retenir c'est qu'elle ne voulait pas succomber à son charme plus que cela n'était déjà fait. Elle se força également à détourner son regard des gracieux contours du visage de son interlocuteur, sentant sa gêne augmenter encore et encore. D'ailleurs, la chaleur qui irradiait de ses joues ne la lâchait pas, lui indiquant par ce fait qu'elle ne cessait de rougir. Si elle n'arrêtait pas de rougir, Lancelot pourrait penser que c'étaient des couleurs qu'elle avait attrapé dehors, non ? Son coeur battait la chamade, rugissant son amour à ses oreilles, et elle le sermonnait intérieurement de se taire... malheureusement pour elle, il n'en avait absolument rien à faire, et continuait inlassablement ses battements. Tout en elle indiquait qu'il n'y avait qu'un seul homme qui comptait pour elle, et cet homme se situait pile en face d'elle. Elle aurait tant aimé ressentir tout cela pour Arthur... Mais non, tout ce qu'elle arrivait à ressentir pour le Haut Roi n'était autre que respect, et amitié. Elle lui confiait tout, ou presque tout (mieux valait qu'il ne sache pas pour Lancelot...), et était devenu son meilleur ami. Des amis, elle en avait déjà eu, mais jamais de vrais amis, sur qui on peut compter dans toutes les situations. Elle en avait trouvé un, et en était très heureuse mais... cet ami se révélait être son époux, et roi. Et, donc, elle se devait de lui donner un enfant. C'était son devoir. Avez-vous déjà essayé de donner un enfant à votre meilleur ami ? Guenièvre détestait cette situation, elle se sentait comme prise au piège... mais elle ne pouvait s'y dérober, elle devait faire comme tout un chacun en ce bas monde : faire son devoir.

Les gens du peuple auraient pu penser qu'elle était totalement libre, étant reine. Mais non. Elle était tout comme eux, forcée à diverses tâches qui la répugnaient, et dont elle se sentait incapable... Elle voulait se montrer généreuse, mais ne savait pas si cela faisait exactement partie de sa personnalité. Elle était dans une prison faite d'or et de diamants, ayant d'autres prisonniers à son service, et d'autres prisonniers étaient garants de sa sécurité... Tous étaient prisonniers de leurs devoirs. Etait-ce Dieu qui avait voulu ceci ? Etait-ce la Déesse ? Ou un autre Dieu d'une autre croyance encore ? Ou était-ce tout simplement... l'homme qui avait involontairement conduit l'homme à l'asservissement ? Mais ces questions devenaient bien trop philosophiques pour elle...

Lancelot répondait enfin à sa question. Il avait relevé le visage pour la regarder dans les yeux, montrant une fois encore son impertinence... mais Guenièvre ne lui en tenait pas rigueur. Un chevalier n'était pas censé agir aussi familièrement avec sa Reine, mais cette dernière n'aimait pas trop ces marques de respect... Car trop, c'est trop. Elle savait qu'ils la respectaient, ils le lui prouvaient à la moindre occasion. Alors un peu de familiarité ne faisait pas de mal, n'est-ce pas ? N'étaient-ils tous pas de la même famille, à présent ? Pour le moment, elle se contentait d'observer la merveilleuse couleur des iris de Lancelot, tout en se délectant de sa voix suave. Enfin, elle en découvrait un peu plus sur le passé de son aimé... Enfin, elle découvrait ce qui avait fait qu'il en était arrivé là, à ce qu'il était aujourd'hui. Alors, elle ne pouvait s'empêcher de sourire, faisant siens les moindres mots prononcés par le chevalier. Et il s'avérait bel et bien être le chevalier qu'elle espérait... Il connaissait sa valeur, et était noble de coeur. Il ne se battait pas pour se battre, mais pour défendre ses idéaux...

Il lui demanda ensuite pourquoi elle posait cette question. Guenièvre s'en doutait... mais espérait qu'il ne la
poserait pas. Elle ignorait si elle parviendrait à mentir à Lancelot... mais, après tout, ne lui mentait-elle pas jour après jour, en lui voilant ses sentiments ? Alors, oui, elle pouvait sûrement lui mentir
aussi facilement qu'à n'importe qui d'autre... Quoique, en était-ce vraiment certain ? Elle lui mentait, oui, mais sans lui mentir vraiment, car il ne lui posait jamais la question, et jamais, jusqu'à présent, ils n'avaient pu se parler... Et mentir en sachant très bien qu'elle mentait pour mentir, y parviendrait-elle ? Si elle ne voulait pas dévoiler son premier mensonge, il faudrait de toute façon qu'elle en fasse un nouveau. Donc elle décida de cesser de se poser des questions, et de se lancer. Elle réfléchissait trop avant de parler, était-ce là un défaut ? D'aucun disait que c'était une très belle qualité, lorsqu'on était Reine. Peut-être que oui... peut-être que non.


"Une Reine se doit de connaître le passé de celui qui va porter ses couleurs, non ?"

Une lueur malicieuse flottait dans ses prunelles. Souriante, elle continua :

"J'avoue également être assez curieuse..."

Puis elle fit mine de réfléchir quelques instants. Elle fit semblant d'étudier Lancelot de la tête aux pieds, se délectant de sa vue au passage, et s'amusant beaucoup à imaginer ce que devait penser le chevalier. Finalement, elle inspira et planta son regard dans celui de son interlocuteur, comme lorsqu'elle allait dire quelque chose de très important :

"Vous me semblez être quelqu'un de noble, Lancelot... Je le savais déjà, mais aujourd'hui, j'en ai la preuve..."

Elle laissa peser un silence, souhaitant faire montre de sa théâtralité :

"Je confirme donc ce que j'ai déjà dit... Vous pouvez porter à nouveau mes couleurs, Seigneur Lancelot."

Elle s'avança ensuite jusqu'à lui, pour le dépasser et continua vers la porte. Elle avait besoin de prendre l'air... L'atmosphère dans la pièce devenait étouffante, et son souffle se faisait de plus en plus court. Elle avait besoin d'air frais, pur, à respirer pour reprendre contenance, et également pour remettre ses idées en place. Cependant, elle ne voulait pas se promener seule...

"Voudriez-vous m'accompagner dans une petite promenade ?"
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Dim 31 Mai - 12:54

Lancelot ne savait pas trop quoi penser de la conversation qu'il entretenait avec la Reine. Pour lui, tout cela était nouveau, il n'avait pas pensé une seule fois qu'il aurait la chance de profiter d'un tête à tête avec elle. Il ne s'était pas attendu à ce qu'ils trouvent des sujets de conversation, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle lui pose des questions. Et pourtant, ils semblaient tous deux prendre plaisir à la présence de l'autre, et la gêne que le jeune chevalier avait ressenti au début de leur rencontre s'évanouissait peu à peu. Bien sûr, il restait complètement confu quant à son attitude précédente, ainsi que perturbé par les sentiments qu'il nourrissait à l'égard de la Reine. Mais ça ne le paralysait plus comme quelques minutes auparavant. Il avait du mal à faire taire son coeur qui tambourinait dans sa poitrine, du mal à rendre à ses joues leur couleur d'origine, mais ses idées étaient plus claires. Et le fait que la Reine lui pose des questions sur lui-même, sur son passé, le rendait profondément heureux. Car pour lui, cela signifiait tout simplement qu'elle avait envie d'en apprendre plus sur lui. Qu'elle avait de l'intérêt pour lui. Une simple et minuscule considération qui l'emplissait de joie. Il fallait dire qu'un seul regard de Guenièvre le rendait heureux, il ne lui en fallait donc pas beaucoup.

En retour, il lui demanda pourquoi une telle question. La Reine sembla avoir un court moment d'hésitation, puis une lueure de malice s'alluma dans ses yeux. Même s'il n'était pas particulièrement proche d'elle, Lancelot la remarqua, et sa réponse lui tira un sourire sincère. Elle marquait un point, elle avait le droit de chercher à savoir qui était vraiment l'homme qui allait défendre ses couleurs au tournoi. Se faire défendre par un chevalier sans honneur ne lui en apporterait pas non plus. Mais elle n'avait pas d'inquiétudes à se faire de ce côté là ; l'honneur était ce que Lancelot plaçait le plus haut dans son estime. Jamais il n'aurait fait quoi que ce soit qui puisse porte atteinte à son honneur. Cependant, le sourire de la Reine montra au jeune homme qu'il s'agissait en même temps d'une plaisanterie. Elle avoua être assez curieuse, et le chevalier eu un pincement au coeur.

Il ne savait pas exactement pourquoi, mais cette phrase avait éveillé un drôle de sentiment en lui. Elle était curieuse... D'en apprendre plus lui ? Il aurait aimé, réellement. Mais n'était-ce pas simplement la suite de la plaisanterie de la jeune femme ? Les yeux de Guenièvre l'étudièrent de haut en bas, tandis que Lancelot se figeait. Il savait, quelque part, qu'elle jouait. Elle s'amusait, et il devait prendre cela comme tel. Pourtant, ces magnifiques yeux qui le détaillaient le mettaient au suplice. Il aurait voulu pouvoir faire la même chose. Pouvoir se délecter de la vue du corps de la Reine dans son ensemble, laisser ses yeux s'attarder sur la peau de sa gorge, qui avait l'air si douce, sur ses mains si fragiles. Mais lui devait se contenter de la regarder dans les yeux. Surtout, ne pas la regarder ailleurs que dans les yeux. Ca aurait été un manque de respect bien trop important pour qu'il se le permette. Il ne bougea pas tout le temps de l'"examen", se demandant avec amusement quelle allait être la suite. Elle ne tarda pas à arriver. Et ce fut en le regardant dans les yeux que la Reine reprit la parole.

Elle avait retrouvé son sérieux, et lui déclara qu'elle savait à présent qu'il était quelqu'un de noble. Lancelot avait ses défauts, de nombreux défauts, mais il avait bon coeur. Il avait la tête pleine de rêves et son coeur était pur. Il était après tout le chevalier destiné à trouver le Graal. Pourtant, il savait que la pensée de Guenièvre l'éloignait chaque jour un peu plus de cette quête. Et en cet instant, il s'en moquait. Si, pour avoir droit à d'autres moments tels que celui-ci, il devait abandonner l'idée de trouver un jour le Graal, il le faisait avec joie. Il voulait aider ses semblables, il voulait apporter la paix et la prospérité à son pays, mais il voulait par dessus tout être en compagnie de la Reine. Se plonger ainsi dans ses yeux. La regarder sourire, l'entendre rire. C'était certainement très égoïste, mais pour une fois, c'était lui qu'il voulait privilégier, et il n'avait pas envie de sacrifier ces fugaces moments de bonheur pour le bien-être du monde. Lancelot n'était pas dénué de faiblesses.

Il se rendit compte qu'un silence s'était installé lorsque Guenièvre reprit la parole. Elle lui déclara de façon très théatrâle qu'il pouvait à nouveau porter ses couleurs. Cette déclaration tira un nouveau sourire au chevalier, qui décida de jouer le jeu. Il s'inclina en une grâcieuse courbette, avant de prendre la parole à son tour.

-J'en suis honoré ma Reine, et heureux d'avoir passé le test avec succès.

Peut-être Lancelot ne se rendait-il pas compte qu'il ne se comportait pas vraiment correctement face à la Reine. Il était un brin trop familié, un brin pas assez respectueux. Oh bien sûr il la respectait, plus que quiconque même, mais il ne semblait pas très assidu quant aux marques de respects qu'il convenait de présenter à Guenièvre. Ou peut-être simplement n'arrivait-il pas à être moins familier, parce que tout ce qu'il voulait c'était être toujours un peu plus proche de la Reine. Il la regarda ensuite s'avancer jusqu'à lui, un noeud à l'estomac. Pourquoi se rapprochait-elle ainsi soudainement ? Elle passa à côté de lui sans s'arrêter, et Lancelot ne pu s'empêcher d'espérer qu'elle allait le frôler. Il fut même tenté de se décaler légèrement, mais il n'en fit rien. Il ne se retourna même pas, ne comprenant pas trop ce qui se passait. Ce fut seulement lorsqu'elle lui proposa de l'accompagner en ballade qu'il se tourna vers la porte et vers elle. Il lui adressa un nouveau sourire.

-Avec grand plaisir, ma Reine.

Il s'avança jusqu'à sa hauteur, puis la laissa passer la porte en premier. Il s'avança à suite, et se mit à marcher juste à côté d'elle. Il n'avait jamais été aussi proche d'elle durant si longtemps. Et il retrouvait un peu de la gêne qu'il avait ressentie au début. Ajoutée à un désir insoutenable de la toucher.
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Guenièvre le Jeu 25 Juin - 12:46

Cela faisait à présent quelques minutes qu'ils marchaient en silence, l'un à côté de l'autre. La reine était assez gênée, elle se torturait l'esprit pour trouver rapidement un sujet de conversation. Il était très rare que Guenièvre éprouve ainsi le besoin de parler, ce qui témoignait de sa gêne réelle. De plus, elle désirait en savoir encore plus sur Lancelot sans savoir que lui demander d'intéressant sans que cela devienne trop indiscret, ou trop personnel. Il serait délicat, par exemple, de lui demander quelle relation il entretenait réellement avec sa femme, malgré l'envie qu'avait Guenièvre de lui poser cette question... Elle tentait donc de chasser cette pensée de son esprit, chose qui n'était pas aisée, pour trouver une question moins compromettante. Pourquoi ne pas parler du goût et des couleurs ? Il s'agissait là d'un sujet de conversation qui, en plus de dévoiler la personnalité de l'autre, était assez innocent.

Elle était également très heureuse de pouvoir ainsi se promener en compagnie du fameux Lancelot, le plus célèbre chevalier de Camelot et également chevalier de son coeur... C'était la première fois qu'ils passaient autant de temps ensemble, sans personne autour d'eux, juste elle et lui, face à face. Et elle profitait de chaque minute, chaque seconde qui passait... Elle se délectait de ce moment très agréable passé en sa compagnie. Elle avait l'impression qu'un lien se tissait entre eux, un lien d'amitié peut-être, et elle en était comblée. Jamais elle n'avait osé s'imaginer pouvoir être amie avec Lancelot. C'était toujours moins que ce qu'elle voulait au plus profond d'elle-même, mais toujours plus que tout ce dont elle pouvait rêver... Si elle n'avait eu peur de se montrer ridicule et d'avoir un comportement déplacé pour une reine, elle aurait sauté de joie, et ri aux larmes. Mais non. Elle restait impassible, sereine, posant un pied devant l'autre.

Elle ne regardait pas vraiment où ils allaient. Elle ne regardait pas non plus ses pieds. Elle ne regardait rien. Son regard était perdu dans le vide de ses pensées. Dans l'horizon, dans le vague, dans le lointain. Tout ce que vous préférez... Mais elle se fichait de la direction qu'ils prenaient, du couloir qu'ils empruntaient, de la destination encore inconnue vers laquelle ils s'avançaient inlassablement... Tout son être était tourné vers la personne qui était à ses côtés, vers cette conscience lumineuse qui avait pris pour nom Lancelot.


"Je me demandais... à quel genre d'art goûtez-vous ? N'y a-t-il que l'art de la chevalerie qui a de l'attrait à vos yeux, où en aimez-vous d'autre, tels la musique ou la peinture ?"

Peut-être sa question pouvait paraître incongrue... Elle n'en avait que faire. Tout en restant anodine, elle lui permettrait d'en savoir un peu plus sur Lancelot. Ce qu'il aimait, ce qu'il n'aimait pas. Peut-être s'était-il essayé à un instrument durant son enfance ? Ou autre chose... Elle n'osait cependant pas le regarder dans les yeux. Elle ne voulait pas remarquer les émotions qui passaient par son visage, elle en tirerait des conclusions trop rapidement, et en souffriraient par la suite. Car, peut-être bien que l'espoir fait vivre... mais le désespoir ruine le coeur et l'esprit. Alors, elle se contentait de fixer le lointain, devant elle, saluant les quelques personnes de noble lignage qu'ils croisaient.

Alors que Lancelot lui répondait, Guenièvre leva la tête vers le soleil... qui était déjà bien bas sur l'horizon. Il devait être dans les environs de six heures du soir, à présent. Déjà ? Ils avaient passé si peu de temps ensemble ! Il fallait croire que non... Ils avaient passé pratiquement tout l'après midi ensemble, ne remarquant même pas les heures qui s'écoulaient. Cela signifiait-il que Lancelot prenait véritablement plaisir à sa compagnie ? Le coeur de Guenièvre, à cette pensée, se mit à battre la chamade, et elle sentit du rouge monter à ses joues. Elle déglutit avec peine, chassant cette idée agréable de son esprit. Elle se morigéna également, prenant compte qu'elle avait obligé le chevalier à rester avec elle durant tout ce temps, alors qu'il avait certainement d'autres préoccupations...

Elle s'arrêta donc de marcher en poussant un léger soupir, puis regarda à nouveau le soleil.


"Il est déjà bien tard... Je suis désolée, vous aviez sûrement d'autres choses à faire."

Elle se força finalement à regarder le chevalier dans les yeux alors qu'elle lui parlait. Elle s'empêcha de fondre sous ce regard bleuté qu'il lui offrait.

"Je crains qu'il ne faille à présent nous quitter, Seigneur Lancelot. Le dîner va bientôt être servi..."

Elle n'avait cependant pas très faim. Si elle l'avait pu, elle serait retournée dans sa chambre pour rêvasser à cette journée passée en compagnie de Lancelot. Mais ses devoirs ne le lui permettaient pas, il lui faudrait donc rejoindre le roi à sa table comme tous les soirs, afin de se montrer aux chevaliers présents en ce moment même dans le château. Il y avait de plus en plus de monde à Camelot, les jours de fête se rapprochant inexorablement... Et la reine devait se montrer à la moindre occasion, de préférence en compagnie du roi.
avatar
Guenièvre
Haute Reine de Bretagne
Haute Reine de Bretagne

Féminin Poissons Chèvre
Nombre de messages : 18
Age : 26
Date d'inscription : 22/04/2009

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Reine de Bretagne
Localisation: Château de Camelot
Age du personnage: 16 ans

Voir le profil de l'utilisateur http://la-cascade-enchantee.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Lancelot du Lac le Ven 10 Juil - 20:34

Lancelot avait du mal à se dire que le moment qu'il était en train de vivre en compagnie de la Reine était bien réel. Il en avait tellement rêvé ! Si souvent, il s'était perdu dans ses songes, si souvent il l'avait retrouvée dans son sommeil. Il passait chaque instant à s'imaginer au côté de Guenièvre, à s'imaginer ce qu'ils pourraient bien se dire. Et il devait avouer que la réalité était bien plus belle que le rêve. Car non seulement les sourires de la jeune femme lui étaient réellement adressés, mais en plus il n'y avait ni blancs ni gêne palpable. Ils se parlaient comme deux personnes du même monde, et plus que ça, Guenièvre lui posait plein de questions sur lui. Il aurait tellement voulu en faire de même, lui demander ce qu'elle aimait, ce à quoi elle rêvait, qui elle était. Mais il n'osait pas, et ne pensait pas un jour trouver le courage de le faire. Il n'était après tout qu'un simple chevalier. Et le fait d'être meilleur que ses camarades, d'être plus respecté et plus connu ne lui donnait pas le droit de se montrer plus familier avec la Reine. Alors il se contentait de se livrer dans ses réponses. Lui qui n'aimait pas vraiment parler de lui-même, ne mentait pourtant pas à la jeune femme, ne trichant pas dans ses réponses, et souhaitant au contraire qu'elle en sache le plus possible sur lui. Il aimait l'idée que la femme qu'il aimait le connaisse mieux que personne. Le connaisse comme personne ne le connaissait. Malheureusement, elle ne lui posait pas des questions assez personnelles pour qu'il lui donne des réponses toutes aussi personnelles. Malgré tout, c'était déja bien plus qu'il n'avait jamais eu.

Ils avaient finalement quitté la salle de la Table Ronde, et marchaient à présent dans les couloirs du Château. Lancelot ne prêtait aucune attention à la direction qu'ils empruntaient, tout concentré qu'il était à s'empêcher de frôler Guenièvre volontairement. Il ne pouvait cependant s'empêcher d'espérer que, malencontreusement, leurs peaux allaient entrer en contact. Il n'avait jamais été aussi proche de la jeune fille, surtout aussi longtemps. De plus, ils étaient seuls, ce dont le jeune homme n'aurait jamais osé rêver. Le silence qui plânait ne le dérangeait pas, et il ne se creusait pas les méninges pour trouver quelque chose à dire. S'il n'était pas d'un naturel silencieux (sans pour autant en devenir bavard), il n'éprouvait pas le besoin de trouver des mots en cet instant. Il profitait juste de la présence de la personne qu'il aimait par dessus tout. Il aurait pu continuer à marcher à ses côtés pour l'éternité, en silence. Rien que le fait de se trouver à ses côtés, rien que le fait de savoir que leurs mains n'étaient séparées que de quelques centimètres de vide, lui suffisait. Leur proximité faisait battre son coeur à la chamade, et il gardait les yeux fixés droit devant lui. Il devait à chaque seconde lutter pour ne pas la regarder sans jamais détourner son regard d'elle. Elle était tellement belle qu'elle le fascinait. Et il ne se rassasiait jamais de sa vue. Il manqua de sursauter lorsqu'elle prit la parole, mais écouta les questions cérémonieusement.

Elle lui posait à nouveau des questions sur lui, sur ce qu'il aimait, sur sa personnalité. Enfin il avait l'occasion d'en révéler plus sur la personne qu'il était. Enfin il avait l'occasion de faire quelque chose pour que la reine le voit sous un angle nouveau. Il prit quelques instants pour songer à sa réponse, tandis qu'ils s'arrêtaient de marcher. La Reine tournait son si beau visage vers le soleil, qui aparaissait derrières les arches en pierre des fenêtres. Les yeux de Lancelot suivirent le même chemin, tandis qu'un sourire venait étirer ses lèvres. Beaucoup de monde pensait que les chevaliers ne s'intéressaient qu'aux armes et à la guerre. Qu'en dehors de leur métier et vocation, rien ne comptait et rien n'attirait leur attention. Ces personnes avaient tord. La plupart des camarades d'armes du jeune homme étaient des nobles, ou au moins des fils de bonne famille, et ils en avaient donc reçu toute l'éducation. Et cette éducation comprenait notamment toute une partie artistique. Pour Lancelot, il était clair que Vivianne avait cherché à faire de lui un parfait homme de société autant qu'un parfait chevalier. Elle l'avait initié à toutes les formes d'art, l'avait obligé à lire de nombreux livres pour augmenter sa culture, lui avait conté de nombreuses histoires également. Si bien que Lancelot s'intéressait à bien d'autres choses qu'à la chevalerie.


-Vivianne s'est bien chargée de mon éducation, et elle a fait en sorte qu'il ne me manque rien. Parallèlement à mes entraînements, qui m'amèneraient à être chevalier, je recevais des cours de musique, d'écriture, de lecture. Ma mère voulait réellement me faire toucher à tout, même si elle savait déja quel serait mon destin. Mais je dois avouer que ces mains sont bien celles d'un combattant, et non celle d'un musicien et encore moins celles d'un peintre. Je me suis essayé à plusieurs instruments, ainsi qu'à la peinture et au dessin. Et au vu de mes oeuvres, je n'ai pas été encouragé à essayer une seconde fois. En revanche, l'art qui m'a le plus parlé est la lecture. Et je suis réellement reconnaissant à Vivianne de m'avoir enseigné ce don précieux ; les livres m'enchantent et me passionnent.

Il s'arrêta enfin de parler, se rendant compte qu'il s'était lancé dans un petit monologue. Il aurait tellement voulu ajouter "et vous", à la fin de cette tirade ! Mais il avait peur de froisser la Reine par des manières inconvenantes. Il ne voulait pas gâcher ce beau moment par une remontrance destinée à le remettre à la place qui était la sienne. Même s'il savait que, quoi qu'il demande, Guenièvre tâcherait de ne pas le blesser. Elle éviterait la question d'une façon aussi subtile que polie, et lui éviterait ainsi une honte cuisante. Cependant, Lancelot n'avait jamais été connu pour sa grande sagesse, ni sa grande reflexion. Et encore moins pour son appréhension du danger. Il savait qu'il n'avait pas à poser ce genre de question à sa Reine, que c'était irrespectueux vu son rang, mais il en avait bien trop envie pour y resister. Tant pis pour les conséquences, il les assumerait. Il voulait en apprendre plus sur Guenièvre, il voulait la connaître autrement que par l'image qu'elle renvoyait d'elle. Se tournant vers elle, il essaya de croiser son regard.

-Malgré tout, l'art que j'aime le plus et dans lequel je me retrouve réellement est l'art du combat. Rien ne m'a jamais apporté autant de sensations fortes que d'affronter un ennemi, épée au poing. Et vous, ma Reine, y a-t-il un art qui vous attire plus que les autres ? Un art dans lequel vous soyez plus douée que dans les autres ?

Il espérait de tout coeur qu'elle répondrait. Qu'elle ne se contenterait pas d'un sourire pour lui indiquer qu'il avait été trop loin. Plus loin qu'il n'était autorisé à aller. Il mentait quelque peu lorsqu'il disait que rien ne lui apportait plus de sensations que se battre, car il voulait bien rendre les armes pour rester à jamais aux côtés de la jeune femme. Il voulait bien dire adieu au rang de chevalier, oublier le Graal et Arthur, et continuer à la contempler, dans un rayon de soleil, pour toujours. Malheureusement la vie n'en avait pas décidé ainsi, et c'est Guenièvre elle-même qui le lui rappela. Le soleil était effectivement bas, bien plus que ce que Lancelot aurait pu penser. Il n'avait absolument pas vu passer le temps, et la Reine non plus visiblement. Appréciait-elle donc sa présence ? Ne s'ennuyait-elle donc pas quand elle était avec lui ? Avait-elle pris autant de plaisir à cette rencontre fortuite que lui ? Il n'osait le croire, et pourtant cette simple pensée lui gonflait le coeur. Elle lui déclara qu'il avait probablement mieux à faire. Il aurait voulu lui jurer que non, il n'aurait jamais rien de mieux à vivre qu'être avec elle. Mais il savait qu'il était effectivement l'heure pour eux de se quitter. Et il savait aussi que ce soir il se coucherait plus heureux qu'il ne l'avait jamais été. Se plongeant dans ses magnifiques yeux, il cru un instant qu'il ne pourrait jamais s'en détacher.

-Le temps est passé bien vite, et sans que je puisse le voir filer. Je vous remercie pour cette très agréable après-midi, ma Reine, et je m'excuse de vous avoir accaparée tout ce temps. Les préparatifs de la fête qui s'annonce exigeaient probablement toute votre attention. Nous nous verrons probablement au dinner, il faut que j'entretienne votre époux sur quelques détails sans grande importance.

Il lui adressa un sourire. Il se sentait étrange. Il ne ressentait plus aucune gêne en la présence de Guenièvre. Il se sentait reprendre l'assurance qui lui était coutumière, et ses joues semblaient être tombées d'accord pour reprendre une couleur moins criarde. Il n'avait pas encore quitté la Reine qu'il ne souhaitait déja qu'une chose : la revoir et passer à nouveau plusieurs heures en sa compagnie. Il s'inclina finalement devant elle, la saluant comme il se devait de le faire. Gardant sa posture courbée quelques instants, il se releva ensuite, droit comme un i, prêt à la regarder s'éloigner vers ses appartements. Ceux qu'elle partageaient avec Arthur. Lancelot sentit son coeur retomber dans sa poitrine alors qu'il réalisait que ces petites heures volées au destin ne changeaient rien. Ce soir, Guenièvre irait encore dormir avec le Roi, et lui irait encore rêver d'elle, seul dans sa chambre de chevalier.
avatar
Lancelot du Lac
Chevalier de la Table Ronde
Chevalier de la Table Ronde

Féminin Scorpion Cheval
Rang personnalisé : Meilleur chevalier du mon
Nombre de messages : 44
Age : 26
Citation : La bravoure ne cède pas devant le malheur.
Date d'inscription : 25/03/2008

.:Grimoire:.
Métier ou fonction: Chevalier
Localisation: Camelot
Age du personnage: 24 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une rencontre involontaire [Lancelot]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum